La Lune assassinée, Damien Murith

La lune assassinée, Damien Murith

J’ai acheté le livre parce que je le trouvais beau (ce n’est pas grâce au nom de l’auteur, puisque c’est son premier roman). Modigliani s’affiche donc en couverture de “La Lune assassinée”. Un titre évocateur, une promesse de beauté, de violence, de mystère. Tout ce que j’aime.

Le livre ne déçoit pas, dès la première ligne on est plongé dans une ambiance très lourde. Les chapitres, courts, denses, ont transformé mon voyage en train jusqu’à Genève-Aéroport (je devait aller y retrouver un ami rentré du Canada) en immersion angoissante dans un univers minuscule où les personnages s’entassent et s’étouffent.

Le style de Damien Murith est tellement millimétré, tellement exact, tellement puissant que j’ai peur d’en dire trop, de ne pas être à la hauteur, car je ne le suis pas, c’est certain.

Un livre à lire et à garder, car il mérite sans doute d’être relu.

“La Lune assassinée”, Damien Murith, L’Age d’Homme.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s